Agir, mais comment ?

Ce que nous pouvons faire à notre échelle

Notre association cherche à travailler au plus près des oasiens, pour ajouter notre volonté, notre savoir-faire et nos moyens à leur volonté, leur savoir-faire et leurs moyens dans le but de sauvegarder les khettara et donc les oasis.

yvette.jpg Yvette Figadère-Suzuki

Autrefois, les khettara de Marrakech nourrissaient ses agriculteurs et leur famille et remplissaient les marchés de la ville. Aujourd'hui, à Marrakech les khettara ont disparu. Dans la région du Tafilalet, les agriculteurs ont conscience de la valeur de leurs khettara et de l'enjeu de leur survie. Ils ont envie de les protéger, ils en ont la volonté, malgré les contraintes de la vie moderne, pas forcément en accord avec les modes de vie inspirés par les sociétés de khettara.

2007_125.jpg

Notre objectif est d’aider à implanter tout projet qui permettra d'améliorer le niveau de vie et le cadre de vie des oasiens, d'alléger la charge financière et la charge de travail qu’ils consacrent à l’entretien des khettara, de préserver la ressource hydrique, de pérenniser l’agriculture oasienne et de maintenir les populations sur place. Par ailleurs, les khettara étant le fondement de la société oasienne, elles constituent un patrimoine socioculturel et historique qui mérite d’être connu et reconnu, c'est pourquoi nous avons mené des actions de sensibilisation du public à travers des voyages organisés, des expositions de photos, la vente de t-shirts. Nous intervenons également dans les lycées et collèges de la région de Toulouse auprès des élèves de 15 à 18 ans pour parler des problèmes de l'eau dans le monde et en particulier des khettara du Maroc. Nos projets ont toujours un rapport avec la dépollution des eaux d'irrigation et des sols de l'oasis, l'autonomisation des femmes, la sensibilisation aux problèmes de l'eau dans le monde.
Pour nous soutenir, adhérez à l’association.